«En peinture, en végétaux, en fer, en bois marqueté, en verre sablé, en pierre taillée, en broderie, en vitrail ou en panneaux de laque incrustée de nacre… Tout peut se transformer en labyrinthe et je transforme tout en labyrinthe.

Une sorte de monomanie volontaire, une sorte de frénésie de tout "labyrinther", de donner à l’art une approche conviviale, sociale.»

J'invente, en 1995, le terme "labyrinthiste" pour qualifier mon métier.


[Copyright France de Ranchin sur les textes et les images /

Contacter France de Ranchin]

Labyrinthe flottant sur la Charente à Angoulême - 2009
Vitrail réalisé dans l'Atelier Loire, Chartres, 2001
Garde-fou en verre sablé (atelier G. Saalburg), 1998
Pierre marbrée taillée • Bois, 2005
Saint-Ouen, dessin de la place publique Lumière labyrinthique • Ci-dessous, en cours de construction en dalles de granit. Les lumières au sols ont été abandonnées. 2008-2010
Revin, place publique peinte 750m2, 2006
Pierres calcaires, 1997 • Carreaux de ciment (cimenterie de la Tour), 2001 • Cour dallée en granit, 1995