Les formes géométriques

France de Ranchin dessine des labyrinthes sous toutes ses formes, sur tous les supports et toutes les surfaces depuis 35 ans. 


Ci-dessous : Chaque forme a son auto-portrait associé (extraits, 2010-2011)


• L’ÉTOILE À SIX BRANCHES

«J’ai un lien étroit avec le cercle et l’hexagone dans lesquels je m’inscris. Par contre, j'accueille le triangle équilatéral qui s’inscrit dans ma personne. Tout ce petit monde fait partie de ma famille. Mes six branches sont formées de six triangles équilatéraux. Ceux-ci se placent sur les six côtés d’un hexagone qui est au centre de moi-même. En réunissant toutes ces formes entres elles, j’apparais.»


• L’OCTOGONE
«Je me sens plus doué que l’hexagone, plus amusant que le disque, plus original que le carré, plus attrayant que le rectangle et d’allure moins apathique que le trapèze.»


[Copyright France de Ranchin sur les textes et les images / Contacter France de Ranchin]

Etoile à 5 branches, 2011
Etoile à 6 branches, 2011
Le cœur, 2011
L'ovale, 2010
Le carré, 2010
Le disque, 2010
Le triangle rectangle, 2010
Trapèze isocèle, 2010
Hexagone, 2011
Spirale simple à 4 centres bâtie sur un carré, 2011
Spirales concentriques à 2 centres bâties sur 1 trait, 2011
Spirales concentriques à 3 centres bâties sur 1 triangle équilatéral
Le parallélogramme, 2010
Le losange, 2010
Le rectangle, 2010


« Le labyrinthe a la beauté du schéma de la difficulté vaincue. »


Le labyrinthe est une surface active. Il est agréable de le parcourir des yeux. Il recèle la beauté de la rigueur, la beauté des mathématiques. On le parcourt des yeux. On s’y perd, on s’y emmêle, on démêle les pièges du parcours, on perce les mystères de l’architecture topologique. 


Les formes posent les couleurs et les couleurs désorientent les formes, attirent le regard par-ci, le diluent par-là. Le chemin chemine entre les formes, rappelle les errances, croise forcément le mythe crétois et les interrogations intimes.